Icône Twitter

Centre d'études de l'emploi

Connaissance de l'emploi

La mobilité géographique : ressource ou fragilité pour l’emploi ?

Thomas Sigaud
Thèmes
  • emploi, marché du travail
  • chômeurs, chômage
  • trajectoires, carrières, mobilités
Novembre 2015
Télécharger au format PDF :
CDE125 (689 Ko)
Les chiffres incitent à la prudence quant aux effets de la mobilité géographique sur le chômage et l’emploi. Sur quatre décennies étudiées (1970-2012), les chances de retour à l’emploi des chômeurs ayant changé de département sont de plus en plus proches de celles des actifs qui n’ont pas bougé. En outre, le chiffre global masque des disparités importantes. En 2012, pour les cadres, la mobilité géographique accroît la probabilité de retrouver un emploi. À l’inverse, les chômeurs les moins qualifiés qui sont mobiles ont deux fois moins de chances de retrouver un emploi que ceux qui n’ont pas bougé.
Les actifs occupés qui changent de département de résidence ont, eux, un risque comparatif de plus en plus élevé de perdre leur emploi que les autres, avec une incidence aujourd’hui comparable quelle que soit leur qualification.
Cette étude empirique invite ainsi à dépasser une approche mécanique des effets de la mobilité géographique sur l’emploi. Prendre en compte les logiques professionnelles et personnelles à l’œuvre lors d’un changement de lieu de résidence est nécessaire pour comprendre la façon dont la mobilité peut être une ressource pour les uns, une contrainte pour les autres.